Y a-t-il une bonne façon de lire la Bible? Café théologique

le 15/05/2013

Bonjour à tous,

La prochaine séance du Café théologique se tiendra le mercredi 15 mai 2013, de 17h30 à 19h, au café Saint-Saëns, 120 rue du Général Leclerc à Rouen.

Le thème choisi est :

« Y a-t-il une bonne façon de lire la Bible ? »

Le référent sera Mme Nicole Quilbeuf, bibliste intervenante à la Formation continue.

Sans doute savez-vous que le diocèse organise, le 20 octobre prochain, une journée de Rassemblement autour du thème « La Force de la Parole ». Notre récent synode ayant souligné l’importance de la relation à l’Ecriture, Mgr Descubes a voulu cette journée pour établir tous les catholiques du diocèse dans la fréquentation assidue de la Parole de Dieu. Le café théologique s’associe à cette démarche en vous proposant en avant-première le thème: Y a-t-il une bonne façon de lire la Bible, et d’abord, comment, et même pourquoi, la lire ? Ne suffit-il pas, au dire même de saint Paul, de croire en Jésus-Christ pour être sauvé (Romains 10,9) ? Mais pour savoir cela, encore faut-il avoir ouvert le livre !

L’ouvrir, donc… mais où commencer ? Au début ? Ou alors cibler certains passages ? Au nom de quoi ? Y a-t-il des méthodes de lecture ? Que faire de ce gros Ancien Testament, où la violence d’un Dieu aux traits souvent très humains heurte notre sensibilité ? Et dans le Nouveau Testament, qui en principe consonne davantage avec notre foi chrétienne, que faire de textes compliqués comme l’Apocalypse ? Les ignorer ? Doit-on avoir tout lu ? Quel est le lien de la foi avec le texte ? Peut-on faire confiance à un livre qui date de 2000 ans, et n’a-t-il pas été modifié avec le temps ? L’Eglise n’a-t-elle pas réécrit des passages ?

D’autres questions surgissent aussi, en pensant aux façons de lire la Bible : les chrétiens des autres confessions ne la lisent-ils pas différemment des catholiques ? Pourquoi dit-on qu’il faut se méfier d’une lecture fondamentaliste ? Quel degré d’interprétation est souhaitable ? Les chrétiens ont-ils « récupéré » la Bible juive ? Si « la lettre tue » (2Cor 3,6), un chrétien authentique, délaissant les querelles de mots, ne doit-il pas surtout agir ? Ou alors, si la Bible est une parole vivante, comment l’est-elle, à quelles conditions ?

Bref, on le voit, les questions ne manquent pas ! Venez les faire vôtres au café de ce mois-ci !

 

Millou

Acceder aux archives